Information

Attention - Les services de l'administration communale (Etat Civil, Population, Urbanisme...) sont accessibles uniquement sur rendez-vous. aW5mb0BtYXJ0ZWxhbmdlLmJl - 063/60.01.73 

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Communication / Actualités / 10 mai 1940, Martelange rend hommage aux jeunes soldats tombés au combat

10 mai 1940, Martelange rend hommage aux jeunes soldats tombés au combat

Cette année, en raison du confinement, un rassemblement à la stèle des Chasseurs Ardennais n’a pas lieu. Le Bourgmestre, seul, y dépose simplement une gerbe.

Chaque année, le 10 mai, nous nous réunissons à cet endroit pour faire mémoire. En effet, avec le temps qui s’écoule vite, nous oublions les évènements dramatiques qui se sont passés à Martelange et dans la proche région le premier jour de la seconde Guerre Mondiale.

C’est la 4ème compagnie du 1er Régiment des Chasseurs Ardennais qui est chargée de défendre Martelange. Nos militaires affrontent à 6h30 du matin l’avant-garde de la 1ère Panzer division qui vient de Diekirch au Grand-Duché de Luxembourg.

Sur la colline « La Hardt » dominant la Sûre, le commandant Kelecom installe un peloton de fusiliers avec 2 mitrailleuses dont une dans le fortin qui était construit à 100 mètres de l’actuelle stèle. Près du cimetière, le chef place un autre peloton armé d’un fusil mitrailleur, d’un lance-grenade, d’une autre mitrailleuse. Enfin, trois autres fusils-mitrailleurs dominent le village.

Dans la nuit du 09 au 10 mai 1940, vers 1h15, le Cdt Kelecom reçoit l’alerte. Après l’entrée des allemands au Grand-Duché de Luxembourg, les destructions sont mises à feu et les barricades fermées.

A 6h30 du matin, il est signalé l’arrivée de motocyclistes suivie par une colonne d’infanterie venant de Diekirch. Vers 8h00, les soldats tirent sur l’ennemi qui atteint la Sûre dans le fond du village.

Les Allemands s’abritent dans les maisons. Soutenus par quelques mitrailleuses, ils attaquent en direction de la colline. Très vite ils atteignent le cimetière. S’engage alors un combat rapproché avec un grand nombre d’ennemis.

Le bilan humain est déjà lourd : des jeunes soldats, des chasseurs ardennais en poste en cet endroit, sont tombés sous les balles ennemies.

  • Joseph Bosseler, 33 ans, marié.
  • Albert Courtois, 24 ans, célibataire.
  • Gaston Merlot, 32 ans, marié.
  • Gustave Miecret, 23 ans, marié.

Ces jeunes gens ont perdu la vie alors qu’ils étaient certainement habités de projets professionnels et familiaux. Nous pouvons deviner la tristesse de leurs proches, peut-être aussi la révolte de ces familles qui n’acceptent pas la disparition de leur être aimé.

Les rescapés sont faits prisonniers.

A 10h30, la compagnie est débordée par des forces militaires très supérieures et reçoit l’ordre de repli. Elle enfourche les vélos en direction de Radelange, rallie Bodange et poursuit vers Fauvillers où des combats violents éclatent.

En ce 75ème anniversaire de la fin de la guerre, pour combattre la face la plus sombre de l'âme humaine, à notre tour, nous devons faire appel à la vigilance, à l'esprit de résistance pour faire barrage au mépris, à cette haine de l'autre toujours à l'œuvre dans nos sociétés en pleine mutation. La tâche est immense. Relevons nos manches. Soyons les acteurs de notre devenir.

 

Actions sur le document
Communication